11.03.2016

#Pensées : Le jour où j'ai réalisé que j'étais spectatrice de ma propre vie.



Spectateur : personne qui se contente d’observer et ne participe pas à l’action.

Cela vous est-il déjà arrivé d’appuyer sur pause le temps d’un instant, et de prendre du recul sur votre vie et la façon dont vous la menez ? C’est en écoutant « Take the power back" de RATM, que m’est venue l’envie d’écrire ces quelques mots. 

Ceux qui me connaissent savent que je suis en perpétuel questionnement existentiel, et ce depuis toujours. J’ai toujours cherché à rendre les choses meilleures, que cela soit autour de moi, mais également dans ma vie personnelle.
Or, ces dernières années, avec la technologie (ça y est je parle comme une vieille)  et la folie de la vie active et des études, je me suis laissée emporter dans un mode de vie qui n’était pas forcément celui qui me convenait. Je n’ai pas pris le temps de prendre du recul, de me poser les bonnes questions. 
Jusqu’au jour où je me suis accordée un moment pour observer ma vie d’un œil extérieur, et où j’ai réalisé la triste vérité : j’étais spectatrice de ma propre vie.

Oui, je vivais, mais je vivais en mode automatique.
 Le plus dur, ce n’était pas de réaliser que la routine métro-boulot-dodo était inévitable. Le plus dur, c’était de réaliser que lors des moments où je pouvais influencer mon quotidien de manière positive, le soir après le boulot, le week-end,... Je passais en fait un temps considérable, voir effrayant, à observer, envier, rêver la vie des autres sur ces charmants réseaux sociaux que nous connaissons et utilisons tous.

 Scroller pendant de longues minutes, parfois  plusieurs fois par jour le fil d’actualité Facebook. En cumulé,  certainement des heures « perdues » à regarder des vlogs sur les vies glamours (souvent mises en scène) de mes consoeurs Youtubeuses. En espérant y trouver quoi au juste ? Du réconfort sur le moment, de la compagnie, parfois. Mais malheureusement rien qui ne remplissait ma vie réellement.
 Je passais un temps précieux à regarder la vie des autres, à l’envier, sans ne rien faire pour agir sur la mienne.

Je n’ai rien contre Youtube, les vlogs ou le racontage de vie sur internet. Au contraire. Je suis la première à le faire sur Snapchat.  Les vlogs sont là pour nous aider à nous évader de notre quotidien, pour partager. 
Mais les réseaux sociaux peuvent parfois devenir une réelle prison dont il faut savoir se défaire. Ils doivent être source de motivation, nous encourager à agir sur notre quotidien, à nous dépasser, à réaliser nos rêves, mais ne peuvent pas être des  substituts à la vraie vie. 

Tant de minutes à scroller chaque jour les Insta de Sonia Tlev et d’autres photos de nanas aux corps ultra-fits pour se motiver à faire du sport. Jusqu’au jour où je me suis dit qu’il était sérieusement temps que je passe ce temps-là à me bouger. Arrêter de passer tant de temps à rêver la vie excitante des autres et rendre la mienne plus vivante. Agir. Aller voir des expos. Lire. Prendre du temps pour cuisiner (une cuisine ratée, parfois). Prendre des cours d’histoire de l’art. Voir des amies. Sortir.  Vivre, tout simplement !

 Et ensuite, seulement ensuite, s’inspirer, se motiver, se divertir, avec les réseaux sociaux.

J’écris ces mots sans but précis. Il se peut que vous vous reconnaissiez dans ces quelques lignes. Et si c’est le cas, j’espère qu’elles vous ont inspiré à prendre du recul sur votre quotidien, et à agir pour le rendre meilleur, pour être un peu plus épanouie, peut-être.

Certaines, malgré la terrible épreuve que j’ai vécu me disent « changée », « épanouie », « rayonnante ».  Je pense que cela est dû en partie à cette prise de conscience qui date d’il y a à peu près deux ans.
 Je pense qu’on n’est jamais autant épanouie que lorsque l’on a le plein contrôle sur la direction de sa propre vie. C’est pour moi encore un « work-in-progress », mais je suis  déterminée à me réaliser.

Alors, si vous vous reconnaissez dans ces mots, faites-moi plaisir et fermez cet ordinateur. Prenez 30  minutes pour faire quelque chose pour vous. Quelque chose dont vous serez fière.
Vous n’êtes pas une simple spectatrice.
Vous tenez les rênes de votre vie. 

Agissez. 

Vivez.


.

Share: